6 - Symboles et monstres dans les Métamorphoses d'Ovide

Oeuvre intégrale étudiée en cours.

 

Période 6 – Symboles et monstres dans les Métamorphoses d'Ovide

 

 

 

Séance 1 - Le champ lexical et famille étymologique de la métamorphose

 

 

 

a) Lecture de l'introduction des 16 Métamorphoses d'Ovide.

 

b) Travail sur le lexique de la métamorphose.

 

Voici les mots qui expriment la métamorphose, classés selon leur nature :

 

Distinguez les mots exprimant la métamorphose :

 

-en surlignant d'une même couleur les éléments d'une même famille étymologique ;

 

-en soulignant les mots ou expressions synonymes.

 

 

 

Noms

mincir

se couvrir de

Adverbes

trouble

grossir 4

sentir (+ infinitive)

Progressivement 5

Changement 1

enfler 4

prendre l'aspect de 6

Graduellement 5

transformation 1

se distendre

voir (+ infinitive)

peu à peu 5

conversion

verdir, bleuir, noircir, rougir, blanchir...

prendre possession de

au fur et à mesure 5

métamorphose 1

durcir

insuffler quelque chose dans / à

petit à petit 5

déformation

augmenter

souffler sur quelqu'un quelque chose

de plus en plus

modification

jaillir

se mettre à + infinitif

de moins en moins

évolution 3

pénétrer

être saisi de

puis

renouvellement

(se) métamorphoser

sentir + infinitif

enfin

croissance

(se) déformer

ce n'est plus ... qui, mais

ensuite

développement 3

(se) modifier

diminuer 2

alors

Verbes ou locutions verbales

évoluer

Adjectifs

Mots à ajouter individuellement

devenir 6

renouveler

troublé(e)

renouvelé(e)

fléchir

grandir, s'agrandir

changé(e)

nouveau,nouvelle

troubler

rapetisser 2

converti(e)

augmentation

se mettre à

croître 3

transformé(e)

nouvellement

s'éveiller

se développer

métamorphosé(e)

aminci(e)

(se) changer

empirer

déformé(e)

éclore

(se) transformer

pousser 3

modifié(e)

naître

convertir

remplacer

grandi, agrandi(e)

 

le/la/les + voici + qui

en voici un/une qui

rapetissé(e)

 

 

 

 

Les synonymes sont des mots de même nature dont les significations sont proches ou semblables. On peut toujours remplacer l'un par l'autre. Par exemple, "J'examine cet édifice" équivaut à "J'observe ce bâtiment".

 

L'antonyme du nom "synonyme" est donc ANTONYME !

 

 

Pour la séance 2 : trouver des informations sur une métamorphose du monde animal.

 

Séance 2 – Identifier et utiliser les pronoms personnels, démonstratifs et possessifs

 

 

 

Définition

 

Le pronom remplace le nom et peut donc remplir toutes les fonctions du Groupe Nominal (sujet, COD, CC, etc.).

 

 

 

I. Les pronoms personnels

 

Ils servent à désigner les personnes :

 

-celles qui parlent à quelqu'un (locuteurs) : "je" et "nous" ;

 

-celles à qui on parle (destinataires) : "tu" et "vous" ;

 

-celles dont on parle (référents) : "il", "elle", "ils" et "elles ;

 

-celles dont on ne précise pas l'identité : "on"

 

 Séance 6 – Correction de l'expression écrite

 

LES MÉTAMORPHOSES DU TÊTARD

 

         Deux grenouilles adultes se rencontrent et vont s'accoupler pour former puis pondre des oeufs fécondés. Ceux-ci s'accrochent aux plantes aquatiques pendant huit jours. Les oeufs éclosent au bout de cinq jours et se transforment en têtards.

         Les branchies externes apparaissent et servent à respirer, tandis que la queue grandit, et leur sert à nager ; à huit semaines, celle-ci rapetisse, tandis que celles-là prennent l'aspect de l'opercule. Des pattes postérieures apparaissent à deux mois.

         À deux mois et demi intervient le développement des pattes antérieures. Enfin, à trois mois, les têtards sortent de l'eau ; leur queue disparaît presque totalement : ce sont des grenouilles ! À l'âge de quatre ans, elles pourront à leur tour se reproduire.

 

 

 

Séance 7 – Lecture en classe des deux premiers chapitres de 16 métamorphoses d'Ovide

 

1/ Deucalion et Pyrrha

a) Remplacement des animaux terrestres par les animaux marins. Emma, Ilana

b) Des pierres à une nouvelle race d'hommes. Ambre, Eliza

 

2/ Les métamorphoses d'Io

a) Jupiter assombrit le ciel et transforme Io en vache. Paul, Noé

b) Mercure endort Argus pour libérer Io. Maëly et Mila

c) La métamorphose de Syrinx en flûte, par Pan. Nicolas, Romain

d) Le paon orné des cent yeux d'Argus. Mathis, Tim

 

3/ La course de Phaéton

a) Protée au corps changeant. Lou, Luka

b) La course du soleil. Eléana, Margaux

c) Les jardins de roses de l'aurore. Léna, Emilia

d) Transformation du jour sous l'effet de la désorientation du char du Soleil. Audrey, Sirine

-évolution des constellations ;

-apparition des déserts ;

-apparition des hommes à la peau noire.

e) Phébus le Soleil porte le deuil de Phaéton : plus de lumière sur la Terre. Maxence, Hugo

 

4/ Narcisse au bord de l'eau

a) Métamorphose en narcisse Mani, Benjamin

 

 

 

Séance 8 – Mise en relation d'une oeuvre d'art avec les passages déterminés en classe

Page  259.

 

Séance 9 – Correction ; contrôle de lecture (chapitre 4)

 

ECHO ET NARCISSE

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Narcisse tombant amoureux de son reflet

de John William Waterhouse

Peint en 1903. Huile sur toile

   dont les dimensions sont :109.2 x 189.2 cm,

exposé à Walker Art Gallery, Liverpool.

 

Court extrait des Métamorphoses d’Ovide, adapté par F. Rachmuhl dans 16 métamorphoses d‘Ovide (Flammarion Jeunesse, 2003) :

« Couché sur la rive, il lui donnait des

baisers, il plongeait ses bras dans l’eau pour l’enlacer.

Pauvre Narcisse ! » (chapitre IV, p. 46)

 

Contrôle de lecture : tu dois rédiger chaque réponse !

 

1° Quel nom commun, issu du nom propre « Narcisse », désigne un trait de caractère ?

2° Cite une qualité et un défaut chez le jeune Narcisse.

3° Pourquoi Écho est-elle persécutée par Junon ?

4° Quelle punition Junon lui a-t-elle infligée ?

5° Relève une expression qui montre que la source de Narcisse est très pure.

6° En quoi peux-tu dire que Némésis a accompli la prédiction du devin ?

7° Pourquoi Narcisse meurt-il ?

8° Son orgueil est-il puni dans le royaume des morts ? Justifie ta réponse.

9° Recopie la phrase dans laquelle la métamorphose de Narcisse est décrite.

 

 

Séance 10 – La naissance de Bacchus (lecture)

 

Lecture du chapitre 5 (page 51) en classe.

 

 

 

 

 

 

Séance 11 – Évaluation de lecture orale (groupe 1) ; contrôle de lecture (groupe 2)

 

Vendredi 1er mars : évaluation orale « Présenter un article de dictionnaire en ligne » (Période 2, séance 10)

 

Critères de réussite définis le 1er février

1° Préciser la nature grammaticale du mot désignant la notion mathématique.

2° Mise en relation de la définition de la notion et de l’étymologie du mot. L’étymologie éclaire l’orthographe et la signification du mot.

3° Explication de la notion en se servant du tableau (commenter ce qui est projeté, éventuellement écrire au feutre).

4° Illustrations : justifiez vos choix ; décrire les illustrations (que voyons-nous ?) ; insister sur la relation entre ce qui est illustré et l’étymologie (exemple : un « coin » pour la notion d’angle).

5° Qualités orales : ne pas lire, régler le volume et le débit, porter son regard sur différents objets, respect du temps imparti, tenue, gestuelle accompagnant de manière pertinente le discours.

à Rappel de l’identifiant : siteeleve             Rappel du mot de passe : siteeleve6

 

 

 

Contrôle de lecture (16 métamorphoses d’Ovide, chapitre 5)

 

1° Que demande Sémélé à Jupiter ?

2° Pourquoi l’a-t-elle demandé ?

3° Comment Bacchus fut-il sauvé ?

4° Nomme trois personnages (ou groupes de personnages) qui accompagnent Bacchus.

5° De quelle activité Bacchus est-il le patron ?

6° Acétès raconte son histoire au roi de Thèbes Penthée. À quels monstra (mot latin signifiant « prodiges ») a-t-il assisté sur son bateau ? Décris-en deux.

7° Retrouve dans le chapitre le nom de ces attributs du dieu Bacchus :

*Branche, rameau de vigne portant ses feuilles, ses vrilles et, souvent, ses grappes de raisin : le ____________

*Organe de fixation filiforme de certaines plantes grimpantes, s'enroulant en hélice, en spirale autour d'un support : la ________________

*Plante vivace à feuilles alternes toujours vertes et luisantes, fixées sur une tige ligneuse grimpante et se fixant sur les troncs d'arbres et le long des murs au moyen de racines adventives latérales modifiées en crampons : le ______________

*Illustration : en traçant quatre flèches, identifie deux objets et deux personnages (nommés dans le chapitre 5).

8° Dans quelle mesure peut-on dire que Bacchus a sa place dans un recueil intitulé Métamorphoses ?

Source. Intérieur d'une coupe à boire peinte par Makron ; le culte de Dionysos ; Satyre jouant de l'aulos en l'honneur de Dionysos. Potier : Hieron ; environ 480 av. J.C. Kylix, coupe à boire attique à figure rouge Terre cuite Vulci (Italie), Altes Museum, Berlin.

Site Internet : http://www.diptyqueparis-memento.com

 

Séance 12 – Les autres pronoms (leçon et exercices)

 

Leçon de la grammaire en ligne et exercices 4 à 8 p. 259.

 

5 p. 259

 

1. Je n’étais pas très fier de mon dessin, mais quand j’ai vu le sien, cela m’a rassuré.

                                                                                   pr. poss. représentant « dessin »

 

2. J’ai oublié mon livre. Est-ce que tu as le tien ?

                                                           pr. poss. représentant « livre ».

 

Séance 13 – Lecture cursive des vacances d‘hiver : choix de l’oeuvre

 

 

Séance 14 – À quoi servent les monstres dans les récits de la mythologie ?

Par groupes de quatre, suivez les étapes de travail suivantes :

1° Consultez les articles des dictionnaires de latin (à droite) et de français, afin de définir deux mots : monstrum et « monstre ». Appuyez-vous sur l’étymologie pour donner leurs différentes significations.

 

2° Relisez le chapitre 6 des 16 métamorphoses d’Ovide de Françoise Rachmuhl (« Les aventures de Persée »).

 

 

Tableau de Carle Van Loo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3° Qu’est-ce qui peut prétendre au titre, à la qualité de monstrum ou de « monstre », selon vous ? Justifiez votre réponse en mettant en relation ce que vous avez trouvé dans les dictionnaires et un épisode du chapitre 6.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance 15 – À quoi servent les monstres dans les récits de mythologie ? (II)

 

Correction du 1° (les significations de monstrum et de « monstre »)

 

            Moneo signifiant en latin « j’attire l’attention sur » ou « j’avertis », le nom monstrum est un terme à l’origine d’emploi religieux chez les Romains. Il désigne un prodige avertissant de la volonté des dieux, un signe divin à déchiffrer. Par la suite, il est appliqué à un être de caractère exceptionnel ou à une créature surnaturelle. Il qualifia plus tard des hommes (monstrum hominis, un « monstre d’homme »). Ovide, dans les Métamorphoses, emploie ce terme dans ces vers :

Monstris est territa conjux, territus est Athamas, tectoque exire parabant. (livre IV, v. 489-490)

« Son épouse fut effrayée par ces prodiges, Athamas fut effrayé, et ils se préparaient à sortir de la maison. »

Attulerat secum liquidi quoque monstra veneni […]                                               (livre IV, v. 500)

« Tisiphone avait aussi apporté avec elle quelque prodige de poison liquide. »

→ Ino et Athamas sont en plein délire, causé par Junon et Tisiphone qui les poursuivent de leur haine.

            On comprend que chez Ovide le nom monstrum signifie presque toujours « prodige », phénomène le plus souvent associé à une créature extraordinaire qui symbolise la puissance des dieux.

           

            En français, le premier sens est identique (« prodige », « miracle »), mais une connotation négative s’est imposée (« chose mal faite », « action criminelle »), avant de disparaître. Dès le Moyen Âge, le nom « monstre » a aussi qualifié des êtres mythologiques, avant de s’appliquer aux gros animaux entourés de mystère (« monstre marin » pour « baleine »). Racine, dans Phèdre (1677), l’emploie pour désigner un animal féroce. Dès le XIIe s., le nom désigne des êtres humains au physique ou aux mœurs étranges ; depuis le XVIe s., il caractérise un être très laid, physiquement ou moralement.

 

 

 

Présentation orale « Récits héroïques »

 

Introduction (2 pts)

-Donne des indications, avant ta présentation orale, sur le titre de l'oeuvre, le nom de son auteur, l'édition que tu as utilisée, ainsi que les conditions de ta lecture.

-Annonce les titres des rubriques de ta présentation, le plan.

 

1. Présente le ou les auteurs (4 pts)

-Informations obligatoires : date et lieu de naissance, nom et prénom. Élimine le superflu : pas de description physique, de liste des oeuvres publiées, etc.

-Fais apparaître au moins deux sous-parties, par exemple : a) les années de formation.  b) la carrière littéraire.

-Mets l'accent sur les moments importants de sa vie, ses idées morales ou politiques, ses goûts en matière d'histoire, de voyage, de littérature.

-N’oublie pas de présenter, quand cela est possible, l’auteur ancien qui a inspiré l’auteur contemporain (par exemple Ovide, qui inspira Françoise Rachmuhl).

 

2. Présentation et résumé de l'oeuvre (5 pts)

-Titre de l'œuvre, éventuellement sous-titre, genre littéraire (roman, nouvelles, contes, bandes dessinées, journal, biographie, etc.), date de publication, autres détails.

-Connaît-on le narrateur ? Est-il un personnage de l'histoire ou extérieur à la fiction ?

-Propose un résumé de l'histoire racontée au présent de l'indicatif. Sois concis et clair ; fais comme si tu t'adressais à quelqu'un qui ne connaît pas l'œuvre. Intègre cinq citations pertinentes, qui illustrent cinq moments importants de l'histoire.

 

3. Le portrait d’un héros ou d’une héroïne qui agit dans le récit (2 pts)

-Nomme et présente les qualités et défauts des personnages principaux. Peux-tu identifier l'auteur à l'un des personnages ou au narrateur ?

-Brosse le portrait d'un personnage au choix : a) origines + portrait physique ; b) portrait moral, caractère, motivations…

 

4. Qualités relatives à la présentation orale (7 pts)

-Appuie-toi le moins souvent possible sur la lecture de tes notes.

-Pose ton regard sur tout l’auditoire.

-Adapte ta gestuelle au discours.

-Adopte une élocution claire.

-Justesse et correction de la langue : éviter toute marque de langage familier ou oral (par exemple : « Ben », « et tout », « y a », « et donc voilà », etc.

-Débit et volume suffisants, propres à faciliter la compréhension de tout l'auditoire.

-Insiste sur les moments importants, les idées principales. Explique toute notion difficile.

Nom & Prénom : …………………………………… Note : ……… / 20

Séance 16 – Contrôle sur les pronoms personnels

 

            Lisez la page 76 jusqu’à « sous la masse de l’île ». Relevez les cinq pronoms ; indiquez leur nature précise (par exemple, pronom possessif) et l’être ou l’objet qu’ils représentent (par exemple Cérès).

 

Séance 17 – correction du contrôle

 

Pronoms de la p. 76

Nature / classe grammaticale

Ce qu’ils représentent

La première

Pronom numéral

Cérès

Elle

Pronom personnel

Cérès

Ceux-ci

Pronom démonstratif

Les géants

Leur

Pronom personnel

Les hommes

un

Pronom numéral / indéfini

Un géant

y

Pronom personnel adverbial

Un lieu / le monde

se

Pronom personnel réfléchi

Cérès

 

 

 

Correction de l’expression écrite

 

            Selon moi, dans le chapitre 6 des Métamorphoses, ce qui peut prétendre au titre de « monstrum » est la créature envoyée par Neptune. En effet en envoyant cette bête monstrueuse, le dieu de la mer veut avertir les humains : il leur montre ainsi qu’il ne faut pas se mesurer aux dieux. La mère d’Andromède s’était vantée de sa propre beauté et de celle de sa fille auprès des Néréides (filles de Neptune) ; or en disant ceci, elle fait preuve de prétention et Neptune envoie un prodige (« monstum ») l’avertissant de la volonté des dieux, un signe divin prenant les traits d’un monstre.

 

 

Séances 17 -21 - Évaluation orale (présentation orale d’un récit légendaire)

 

 

Séance 22 – Évaluation

 

1. Vérification de la lecture de la fin du livre 16 Métamorphoses d’Ovide

 

Page 77 – Pour quelle raison Pluton a-t-il enlevé Proserpine ?

Pages 75 & 79 – Explique le choix de l’illustration de la page 75.

Page 82 – Qu’explique le mythe de Proserpine ?

Page 86 – Quelle est l’occupation favorite d’Arachné ?

Page 99 – Quel exploit accomplit Jason ?

Page 99 à 101 – Qu’essaie d’obtenir Médée ?

Page 108 – À quel « monstrum » (prodige) Philémon et Baucis assistent-il ?

Pages 109-110 – Quelle récompense reçoivent-ils des dieux ?

Pages 112-113 – Quelle erreur Dryopé a-t-elle commise ?

Pages 120-122 – Quels sont les deux malheurs vécus par Orphée ?

 

2. Identifie les temps simples : vous tiendrez – vous tiendriez – j’avançais – je montrai– il prendrait – elle brillerait – nous apprécierions – elles passeraient – je prenais – je mettrai

 

 

Séance 23 – Pygmalion et sa statue ; traduire le texte d’Ovide

 

1) Lecture du chapitre 13, dans la version de Françoise Rachmuhl.

2) Découverte du même passage, mais cette fois tel que nous le raconte le poète Ovide, en latin :

 

Pygmalion, amoureux de Galatée, sa statue

 

Pygmalion est un roi légendaire de Chypre, célèbre pour avoir sculpté une statue féminine si belle qu’il en tomba amoureux, au point de combler sa statue de cadeaux et de l'habiller chaque jour ! Animé d'une rancoeur envers les femmes de Chypre -elles étaient imparfaites aux yeux de l’artiste-, il refusait de se marier, jusqu'aux fêtes dédiées à Aphrodite, lors desquelles la déesse exauça le vœu de Pygmalion qui la célébrait avec assiduité...

 

1-La célèbre version du mythe en latin (Ovide, Les Métamorphoses, livre X, vers 247-261)

 

Interea niveum mira feliciter arte

sculpsit ebur formamque dedit, qua femina nasci

nulla potest, operisque sui concepit amorem.

Virginis est verae facies, quam vivere credas,                                                                                           250                       

et, si non obstet reverentia, velle moveri :

ars adeo latet arte sua. Miratur et haurit [...]

 

2-Traduction du passage

 

Cependant, avec un art extraordinaire, il sculpta avec bonheur

l'ivoire de neige et lui donna une grâce telle qu'aucune femme ne pouvait ainsi naître ;

et il conçut de l'amour pour sa propre œuvre. 

C'est le visage d'une véritable jeune fille, dont on croit qu'elle vit,                                                250

et, si la pudeur n'y faisait obstacle, dont on croit qu'elle voudrait bouger ;

tellement l'art se cache sous son propre artifice.

 

3 – Suite du prodige

 

Pygmalion est émerveillé et repaît son cœur de feux pour un corps artificiel. Souvent il approche de son œuvre ses mains qui vérifient si c'est un corps ou si c'est de l'ivoire ; et il n'avoue pas encore maintenant que c'est de l'ivoire.

→ Surlignez le passage qui correspond, dans le texte latin, à la traduction ci-dessus.

→ À quels indices avez-vous reconnu ces vers ? ……………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

 

pectore Pygmalion simulati corporis ignes.

saepe manus operi temptantes admovet, an sit

corpus an illud ebur, nec adhuc ebur esse fatetur.                                                   255

Oscula dat reddique putat loquiturque tenetque

et credit tactis digitos insidere membris

et metuit, pressos veniat ne livor in artus,

et modo blanditias adhibet, modo grata puellis

munera fert illi conchas teretesque lapillos                                                 260

et parvas volucres et flores mille colorum [...]

Suite de la traduction (surligner les vers latins) :

→ Il lui donne des baisers, s'imagine qu'ils lui sont rendus, lui parle, la tient dans ses bras, il a l'impression d'enfoncer ses doigts dans les parties du corps touchées, et il a peur qu'apparaisse un bleu sur ce corps qu'il a serré.

→ Quels mots latins signifient « il tient », « doigts », « touchées »,  « il croit » ? ………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

→ Qu’ont de supérieur les vers 256-258 du texte latin, par rapport à leur équivalent dans le texte de Rachmuhl ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

→ Fin de la traduction (à compléter ; surligner le texte latin) :

(…) ; tantôt il la caresse, tantôt il lui apporte ces cadeaux qui plaisent aux jeunes filles, des …………….. (conchas), des …………… (lapillos) polies, de petits ………….. (volucres), et des ………… (flores) de mille couleurs.

→ Recopiez la ou les phrases de Françoise Rachmuhl qui s’inspirent de ces trois derniers vers d‘Ovide :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

 

4- Fin de la légende

                Lors d’une fête de la déesse, Pygmalion demanda à ………………. de lui accorder une femme qui ………………………………. . Il l’épousa (la déesse assista au mariage) et en eut une fille, Paphos. Qu' advint-il des femmes qui ne célébraient pas le culte d'Aphrodite ? La deésse les punit en les transformant en statues d'ivoire.

 

→ Quel épisode Françoise Rachmuhl choisit de ne pas raconter ?…………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

 

5- Iconographie

 

Légendez cette oeuvre double, en copiant à gauche des expressions tirées du texte français, à droite des passages du poème latin.

Pygmalion et Galatée (Jean-Léon Gérôme, 1889)

 

Pygmalion et Galatée (Jean-Léon Gérôme, 1890)

 

Séance  24 – Préparation de dictée

 

→ Dictée préparée : de «  Il lui apportait des cadeaux » jusqu’ à « pas moins » (p. 126).

→ Consigne : classez et commentez les marques du pluriel.

 

Marques de pluriel

Déterminants

Pronoms

Noms

Adjectifs qualificatifs

Verbes

conjugués

Verbes au mode participe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance 25 - Bilan : les fonctions du monstre dans le récit mythologique (exemples à compléter)

 

Les fonctions des monstres des Métamorphoses d’Ovide

Trouve un exemple de…

1) Monstre qui permet au héros de passer une étape de formation :

Page 61 : Persée est devenu un vaillant jeune homme en tuant Méduse.

2) Monstre dont la transformation est une punition infligée par les dieux souhaitant châtier l’orgueil humain :

Page 87 : Arachné se mesure à une déesse.

3) Monstre serpentin et tentaculaire qui représente les forces obscures et incontrôlées de la nature :

Page 65 : Andromède à la merci d’un monstre marin.

4) Monstre dont la mort marque l’abandon d’un état barbare et le passage à la fondation d’une nouvelle civilisation :

Hors-livre : le Minotaure vaincu par Thésée. Héraclès nourrissant les cavales de Diomède.

5) Monstrum qui symbolise la grandeur des arts :

Page 117 : Orphée charmant de son chant et de sa lyre toute la nature.

6) Monstrum qui symbolise le bon vouloir des dieux ou la puissance de la Fortune (hasard) :

Page 112 : Dryopé touche à un arbre sacré et divin, sans qu’elle le sache.

7) Monstrum qui symbolise la récompense offerte par les dieux au mortel qui les honore :

Pages 105 & 126 : Philémon et Baucis, puis Pygmalion, sont de pieux mortels.

8) Monstrum qui annonce l’avènement d’un dieu :

Page 59 : le changement d’apparence de Bacchus, qui se manifeste dans sa gloire divine.

9) Monstrum qui explique la formation d’un élément de la nature :

Pages 38, 50, 126, : origine de la peau noire, du narcisse, de l’ambre.

10) Monstrum qui explique les moments du jour ou de l’année :

Page 82 : les saisons s’expliquant par les différents séjours de Proserpine.

 

 

Séance 26 – Évaluation de fin de période 6

 

Relire le chapitre 15 des 16 Métamorphoses d’Ovide.

1° Quelle région antique ce chapitre a-t-il pour cadre ?

Le chapitre a pour cadre la Lydie (Turquie).

2° Qui est désigné par le pronom « il », dans le premier paragraphe de la page 138 ?

« Il » désigne Bacchus.

3° Quelle est la nature exacte de ce pronom ?

Il s’agit d’un pronom personnel.

4° Pourquoi Bacchus propose-t-il une récompense au roi Midas ?

Bacchus tient à remercier Midas d’avoir offert l’hospitalité à Silène, son ancien maître.

5° En quelle métamorphose consiste le vœu du roi ?

Le roi Midas veut que tout ce qu’il touche devienne or.

6° Relève, dans les paragraphes de la page 139, cinq mots appartenant au champ lexical de la métamorphose.

« Se transforment », « devienne », « est recouvert », « devient », « durcit » et « se mettent à » appartiennent au champ lexical de la métamorphose.

7° Quel phénomène naturel est expliqué grâce à cette légende grecque ?

Le fleuve Pactole charrie de l’or.

8° Quelle nouvelle erreur Midas commet-il, dans la seconde légende ?

Midas a l’audace de préférer Pan à Apollon lors d’un concours de musique.

9° Au premier paragraphe de la page 142, que représentent les pronoms « celles » et « les » ?

Ces deux pronoms représentent les oreilles de Midas.

10° Quelles sont leurs natures exactes ?

« Celles » est un démonstratif, tandis que « les » est un pronom personnel.

11° Histoire des arts : inscris un chiffre sous chaque illustration (sources : artnet.com ; la-croix.com ; belgacom.net) en respectant l’ordre de la narration adopté par Françoise Rachmuhl :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

École italienne (XVIIIe s.) → …...

Manfredi (XVIe s.) → …...

Atlas de la mythologie (2003) → …...

Ricci (XVIIIe s.) → …...

 

12° Invente, pour chaque illustration, une phrase qui pourrait être prononcée par un personnage.

1- « ………………………………………………………………………………………………………………………………………………... »

2- « ………………………………………………………………………………………………………………………………………………... »

3- « ………………………………………………………………………………………………………………………………………………... »

4- « ………………………………………………………………………………………………………………………………………………... »

 

13° Conjugaison. Pan osa un jour se comparer à Apollon.

Conjugue ce verbe aux quatre temps simples de l’indicatif, aux trois personnes du singulier.

.....……………….

.....……………….

.....……………….

.....……………….

j’

j’

j’

j’

tu

tu

tu

tu

il, elle

il, elle

il, elle

il, elle

 

 

Séance 27 – Correction du devoir de fin de période 6

 

Correction en classe, puis présentation de l’expression écrite à rendre à la rentrée (23 avril). Voir fichier.

 

La naissance des fourmis de feu

 

            Nous habitions dans un petit village, ma femme, Louise, ma fille, Auriane, et moi. Mon métier consistait à travailler dans les mines obscures de notre pays. Les femmes du village où nous vivions restaient à la maison tandis que nous, les hommes, allions travailler à la mine dans une lumière atténuée et artificielle.

            Un jour, notre chef d'équipe, Minéos, décida de s'introduire dans la «Mine Interdite» ; évidemment nous devions nous conformer à cette décision. Deux d'entre eux nous avertirent du danger que nous courions en rappelant cette prophétie qu'on trouvait inscrite sur quelques murs des plus vieilles maisons du village : «Quiconque franchit l'entrée de la Mine Interdite connaîtra trois métamorphoses maudites.» Nous fîmes cela. Lorsque nous arrivâmes dans la mine, une étrange femme était là, adossée à la paroi de gauche.

            Le chef, soudain pris d'une angoisse, hurla :

 

Imagine la suite de cette histoire en tenant compte du titre.

 

 

Attention ! Ces pronoms peuvent changer de forme :

 

Fonction sujet

Fonction COD

Fonction COI

Fonction CO réfléchi

je

me / m' / moi

me / m' / moi

me / m'

tu

te / t' / toi

te / t' / toi

te / t'

il / elle / on

le / l' / la / lui / elle

lui / elle

se / s'

nous

vous

ils / elles

les / eux / elles

leur / eux / elles

se / s'

 

 

 

II. Les pronoms démonstratifs

 

 

 

Ils montrent les personnes, les lieux et les objets, les distinguent les uns des autres, et évitent les répétitions dans un texte ("-ci" reprend les objets les plus proches, "-là" reprend les objets les plus éloignés).

 

 

 

M SG

F SG

M PL

F PL

NEUTRE

celui-ci, celui-là,

celui

celle-ci, celle-là,

celle

ceux-ci, ceux-là,

ceux

celles-ci, celles-là,

celles

ceci, cela, ça

ce, c'

 

 

 

III. Les pronoms possessifs

 

 

 

Ils varient en personne (le possesseur), en genre et en nombre (l'objet possédé). Ils évitent la répétition de l'objet possédé.

 

 

 

M SG

F SG

M PL

F PL

le mien

la mienne

les miens

les miennes

le tien

la tienne

les tiens

les tiennes

le sien

la sienne

les siens

les siennes

le nôtre

la nôtre

les nôtres

le vôtre

la vôtre

les vôtres

le leur

la leur

les leurs

 

 

 

Séance 3 Rédaction d'un texte explicatif au présent (métamorphose animale)

 

Document support : Français 6ème Bordas (p. 122) et site chambon.ac-versailles.fr

 

 

 

Consignes d'écriture - Voici deux schémas qui expliquent la métamorphose du têtard en grenouille. Observez-les attentivement et rédigez un paragraphe qui rendra compte des différents stades de la transformation. Utilisez au moins huit mots ou expressions du champ lexical de la métamorphose, et vérifiez que vos verbes, tous conjugués au présent, sont parfaitement orthographiés. N'oubliez pas d'éviter les répétitions en utilisant des pronoms. Vous pourrez choisir un autre animal, comme la mouche (schéma présent dans votre cahier de SVT).

 

 ………….………… …………..………….                                                                                            6ème B

 

 

Observations

 

               /20

 

 

Sujet :  Inventez une métamorphose, dans le cadre d’une suite de texte. Titre de votre récit : La naissance des fourmis de feu.

 

Les critères de réussite : cochez la case de gauche pendant l'activité

 

¥ ¥

 

 

 

 

 

 

¥ ¥

 

 

 

 

¥ ¥

 

 

¥ ¥

 

 

 

 

¥ ¥

 

¥ ¥

 

 

 

¥ ¥

 

 

 

¥ ¥

 

 

 

¥ ¥

 

 

 

 

¥ ¥

 

J'utilise dix de ces indications spatio-temporelles (à surligner) : dans cette mine d’enfer –  au fond de la galerie – en ce temps-là – alors – à la maison – dans la « Mine Interdite » - sur quelques murs des plus vieilles maisons du village -  à l'entrée de la mine maudite – dans mon foyer – avant que – puis – soudain – dorénavant – enfin.

 

J'utilise cinq de ces désignations de personnages : ma femme – Louise – ma fille – Auriane – notre chef d'équipe – Minéos – Formica – deux d'entre nous – une femme – ma chère déesse – la déesse Formica – aucune femme – le reste des ouvriers

 

Le héros survit et parvient à s'enfuir à la fin du récit (vraisemblance de la narration).

 

Je respecte quatre étapes narratives ; je crée pour chacune au moins un paragraphe : élément perturbateur – péripéties – élément de résolution – situation finale.

 

Le narrateur est en même temps le personnage principal : un mineur. Il n’est pas le seul à agir.

J'intègre dans les péripéties au moins un dialogue, par exemple entre le chef des mineurs et la créature maléfique.

 

Je marque la différence entre actions qui se déroulent et actions qui font progresser le récit par le jeu des temps (imparfait // passé simple) ou à l'aide des C.C. temps.

 

J'utilise le lexique de la transformation, par exemple : se transformer – devenir – s'allonger – métamorphose – transformation – rétrécir – se séparer – s'enflammer

 

Une transformation affecte toute l'équipe de mineurs, ou une partie de l’équipe. Elle est due à une sorte de créature divine, ayant quelques traits humains, qui a pu être dérangée par l'équipe des mineurs dirigée par Minéos.

 

Mon expression est de qualité (accords, lexique, ponctuation, mise en forme du dialogue, etc.)