2- Maîtriser les classes de mots

Période 2 – Maîtriser les classes de mots

 

 

 

Séance 1 – Que savons-nous ?

 

 

 

Test

 

 

 

: questions plus difficiles

 

 

 

 

 

1- Quelles natures (ou classes) grammaticales connais-tu ?

 

Adjectif qual., verbe, nom, adverbe, pronom, etc.

 

 

 

2. Choisis-en deux ; comment distingues-tu ces deux sortes de mots ?

 

Adjectif qualificatif et nom ; l'adjectif est précédé de « il est » (« il est rouge »). Le nom est précédé d'un déterminant (« la moto »).

 

 

 

3. Comment définis-tu les natures et les fonctions grammaticales ?

 

La nature est l'identité du mot ; la fonction est le rôle du mot.

 

Nature / classe

Fonctions possibles

Manon

Élève travailleuse, déléguée de 6C

Nom propre

Sujet, COD, COI

 

 

 

 

 

4. Quel mot est le plus important dans une phrase ?

 

Le mot le plus important est le verbe : il concentre le sens de la phrase, désigne l’action, et permet de trouver le mot de fonction sujet.

 

Le loup dort ce soir.

 

 

 

 

 

5. Deux natures grammaticales peuvent-elles remplir une même fonction ?

 

Deux mots de nature grammaticale différente peuvent remplir une même fonction. Par exemple : le chat dort = il dort.

 

 

 

6. Quelles sont les trois familles de fonctions grammaticales en français ?

 

Les fonctions nominales (ex. : CDN), les fonctions verbales (ex. : COD), celles des compléments de phrase.

 

 

 

 

 

 

https://www.stylo-rouge-et-crayon-gris.fr/fraais/edl/grammaire/

 

 

 

Sur ce site Internet, un professeur des écoles a représenté sous forme de personnages les différentes natures / fonctions du français. (Raye la mauvaise réponse).

 

 

 

Comment pourrais-tu représenter les natures ? Imagine un ou deux personnages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance 2 – Comment illustrer les dix classes de mots ?

 

 

 

1. Identifie chaque classe grammaticale dans la phrase suivante :

 

 

 

Hein ? chez nous, lorsque Paul a faim ou rencontre un problème, ses grands frères sont toujours là pour lui !

 

 

 

 

 

2. Reprise de la question posée en fin de séance 1. La classe retient les idées les plus pertinentes.

 

 

 

 

 

 

 

-le verbe : représenté par … -l’adverbe : représenté par ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-le nom commun : représenté par …………………..

 

 

 

représente le nom propre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-l’adjectif qualificatif : représenté par …

 

 

 

-le pronom : représenté par …

 

 

 

-le déterminant : représenté par …

 

 

 

 

 

 

 

….. représente la préposition 

 

 

 

 

 

-la conjonction de coordination : représentée par …

 

 

 

... représente la conjonction de subordination

 

 

 

 

 

 

 

-l’interjection : représentée par …

 

 

 

 

 

 

 

ance 3 - À quoi servent les verbes ?

 

 

 

1° Définition

 

Le verbe est l'élément principal de la phrase ; il concentre le sens de celle-ci, dans la mesure où ce mot exprime soit une action faite ou subie, soit une existence ou un état.

 

Quand il n'est pas auxiliaire (être, avoir, falloir + infinitif, pouvoir + infinitif, etc.), il nous permet de savoir de quoi ou de qui on parle et nous renseigne toujours sur un procès, c’est-à-dire une action présentée dans le temps (« ce qui se fait, se produit, arrive »).

 

Nous pouvons dire que la plupart des verbes sont des verbes d’action qui expriment une action portant le plus souvent sur un objet (tu cours vite ; je lance la balle ; nous le voyons). Les verbes d’état (être, devenir, paraître, sembler, demeurer, rester, avoir l'air, passer pour) ne renvoient qu’aux qualités d’un sujet qui possède alors un attribut (elle paraît belle). Cela étant, il ne s’agit pas véritablement de deux catégories distinctes de verbes, car une action est toujours repérable dans les propositions mettant en valeur un état (elle paraît belle peut être l’équivalent de je la trouve belle).

 

 

 

2° Qu’expriment les verbes ci-dessous ? L’état du sujet ou une action  ?

 

Le chat attrape le petit rongeur. Verbe d’action

 

Cette maison me paraît trop petite. Verbe d’état

 

Je le sais bien ! Verbe d’action

 

Il existe deux sortes de verbes. Verbe d’action

 

Nous demeurons stupéfaits. Verbe d’état

 

Ils en furent satisfaits. Verbe d’état

 

Je parle à ma voisine. Verbe d’action

 

 

 

Où trouver les informations sur les catégories de verbes ? pages 247-248 du manuel Lelivrescolaire – Cycle 3 / 6e

 

 

 

4° Les formes du verbe

 

Le verbe apparaît le plus souvent conjugué (variable en personne : elles sont venues) et souligne ainsi le sujet de l'action. Mais il peut prendre une forme impersonnelle sous les formes de participe présent (attrapant : exprime une circonstance), de participe passé (attrapé : souligne ce qui subit l'action) et d’infinitif (attraper : forme nominale du verbe).

 

 

 

5° Analyse du verbe (étape 1)

 

Dans un tableau, nous comparons les verbes d'un texte selon les deux premiers critères d’analyse (sens, groupe).

 

Les grandes foires médiévales (article de l'encyclopédie Larousse en ligne)

 

Si elles existent déjà dans l'Antiquité (Delphes, Délos), les foires ont été le fait de l'Europe médiévale ; en France, la foire de Saint-Denis est la plus ancienne connue (629). Leur véritable essor correspond de fait au renouveau commercial de l'Europe médiévale, où elles deviennent l'organe essentiel de la vie économique internationale.

 

Permettant de lever des taxes indirectes sur les transactions commerciales, les foires médiévales sont favorisées par les seigneurs féodaux et par les rois, qui accordent des privilèges à leurs participants (garantie contre le droit d'aubaine ou les saisies pour dettes, autorisation du prêt à intérêt). Elles sont aussi des Bourses de valeur acceptant lettres de change et paiements à terme, dont il faut garantir la sécurité des affaires.

 

Les foires médiévales se développent dans les villes situées le long des grands courants commerciaux, au carrefour des routes menant de l'Italie aux Pays-Bas, et des villes de la Hanse à l'Île-de-France.

 

 

 

 

 

 

 

 

État

Action

Régulier (groupes 1 ou 2)

Irrégulier (groupe 3 et auxiliaires)

existent

 

 

 

 

ont été

 

 

 

 

correspond

 

 

 

 

deviennent

 

 

 

 

permettant

 

 

 

 

lever

 

 

 

 

sont favorisées

 

 

 

 

accordent

 

 

 

 

faut

 

 

 

 

garantir

 

 

 

 

se développe

 

 

 

 

 

Séance 4 – Les différentes constructions du verbe

 

 

 

1. Rappel

 

Nous avons vu dernièrement que le verbe peut être analysé selon :

 

-le ……………… auquel il appartient (il existe deux ………….. réguliers et des …………. irréguliers) : manger, finir, partir, être, avoir...

 

-le sens qu’ils expriment (une action ou un …………….).

 

 

 

La notion de construction va également nous être importante, car elle nous permet de repérer l’agent (celui qui accomplit l’action ou qui est dans tel ou tel état), qui n’est pas toujours le sujet du verbe conjugué.

 

 

 

2. Les constructions

 

Voici les principales constructions des verbes en français.

 

 

 

a) Constructions des verbes exprimant une action (4 configurations possibles) :

 

-Construction transitive directe : Je mange une pomme (COD)

 

Que remarques-tu ?

 

………………………………………………………………………………………………………………………………

 

=> transitif direct (avec un COD ou un complément essentiel direct) : Je dis cela. Je lui demande de l'aider. J'habite Lyon.

 

-Construction transitive indirecte : Je parle à ma fille (COI)

 

Que remarques-tu ?

 

………………………………………………………………………………………………………………………………

 

=> transitif indirect (régit un COI ou un CE indirect, relié au verbe à l’aide d’une préposition) : Je parle à Manuel. Nous allons à la pêche. Je lui parle.

 

-Construction à double transitivité : Je lui dis cela.

 

=> double transitivité : Je dis cela à Lilian. Je lui demande de l’aider.

 

COD COI/COS COI/COS COD : « de » n’est pas une préposition

 

-Construction intransitive : Tu viens ? (pas de Complément d’Objet = CO)

 

Que remarques-tu ?

 

=> intransitif : n'admet aucun CO ou autre complément essentiel : Je marche. Pierre rêve.

 

 

 

b) Constructions attributives (indiquent un état) : Je suis heureux (attribut du sujet). Je reviens de Paris rassuré. Je m’appelle Enrique.

 

Que remarques-tu ?

 

*La construction attributive rend étroite la relation entre le sujet (support) et le verbe (apport, prédicat). On parle de copule verbale : Il reste un bon mécanicien, quoi qu'il en soit. Je rentre contente.

 

 

 

c) Construction impersonnelle  : Il pleut. Il faut parler à voix basse.

 

Que remarques-tu ?

 

*La construction impersonnelle passe sous silence le support (= le sujet réel n'est pas exprimable ; le pronom « il » est une non-personne) : Il neige. Voir aussi venter, s'agir, y avoir, falloir, suffire.

 


 


 

Séance 5 Constructions enrichies par un autre verbe

 


 

Les constructions verbales qui suivent sont compatibles avec les précédentes, mais elles exigent de conjuguer un verbe nécessaire pour modifier le sens du verbe principal, qui apparaîtra alors sous une forme de participe ou d’infinitif, voire sera sous-entendu.

 


 

-La voix pronominale, qui emploie l’auxiliaire être aux temps composés : Je me suis levée. Je me serai levée, empêche parfois de comprendre s’il y a transitivité directe ou indirecte. Les verbes essentiellement pronominaux s’utilisent en effet exclusivement en construction pronominale. La voix pronominale associe alors étroitement l’agent (ce ou celui qui accomplit l’action) au patient (sur qui ou quoi s’exerce l’action). Dans la construction des verbes essentiellement pronominaux, le pronom personnel réfléchi est donc indissociable du verbe, et sa fonction est inanalysable comme un COD ou un COI : s'abstenir, se douter, s’apercevoir, s’évanouir, se repentir, se souvenir, …

 

Elle s’en est doutée. un seul mot a pour fonction COI : ……………………..

 

Je me suis souvenue de tout. un seul groupe a pour fonction COI : ……………………..

 


 

-Les auxiliaires être et avoir, eux, servent à conjuguer les verbes aux temps composés ou à passer à la voix passive (être). La voix passive permet de passer en position de sujet grammatical le patient de l’action. Mais attention : ce n’est pas parce qu’un verbe est conjugué à un temps composé ou qu’il est à la voix passive qu’on n’envisage plus sa transitivité ou son intransitivité !

 

La souris a été attrapée par le chat.

 

Plus de GN à fonction de COD à cause de la voix …………….. . La fonction sujet est remplie par ……………..

 

Nous sommes venues hier. Vous avez entendu cela ?

 

Construction intransitive. Construction transitive ………………… .

 


 

- Certaines périphrases factitives (pour faire faire quelque chose) modifient le nombre de participants au procès (actants) et précisent leur rôle logique.

 

(Se) faire, (se) laisser, (se) voir, porter / donner / mettre à : suivis d’un infinitif, ces auxiliaires forment des périphrases factitives : construction qui permet d’exprimer une action qu’un autre accomplit).

 

Ils se sont fait disputer. Elle a fait faire une robe. Elle s’est vu offrir une robe. Ils leur ont donné cette tâche à accomplir.

 

 

 

- Les auxiliaires modaux (ou semi-auxiliaires) sont également suivis du verbe à l’infinitif.

 

Je peux venir. Il doit faire beau. Nous allons gagner.

 

Je crois connaître la réponse. Nous avons à parler. Je viens de le dire.

 

 

 

-Le verbe faire sert de verbe substitut (de remplacement), pour éviter une répétition :

 

-As-tu rendu le livre ? -Oui, je l’ai fait.