Étude de la langue

Lecture

Expression écrite

-

 

 

 

 

-

 

 

 

 

 

-

Expression orale

Culture littéraire

Culture humaniste, HDA

-

 

 

 

-

-

 

Période 1 – Maîtriser les bases du français

 

 

 

Séance 1 – Que savons-nous ?

 

 

 

Test

 

1- Quelles natures (= classes) grammaticales connais-tu ?

 

Adjectif qual., verbe, nom, adverbe, pronom, etc.

 

2. Choisis-en deux ; comment les distingues-tu ?

 

Adjectif qualificatif et nom ; l'adjectif est précédé de « il est ». Le nom est précédé d'un déterminant.

 

3. Comment définis-tu les natures et les fonctions grammaticales ?

 

La nature est le type du mot et la fonction est le rôle du mot.

 

4. Quelles sont les trois familles de fonctions grammaticales en français ?

 

Les fonctions nominales, les fonctions verbales, celles des compléments de phrase.

 

5. Deux natures grammaticales peuvent-elles remplir une même fonction ?

 

Deux mots de nature grammaticale différente peuvent remplir une même fonction. Par exemple : le chat dort = il dort.

 

6. Quel mot est le plus important dans une phrase ?

 

Le mot le plus important est le verbe : il concentre le sens de la phrase.

 

 

 

 

 

Séances 2-3 – À quoi servent les verbes ?

 

 

 

Le verbe est l'élément principal dans lequel est concentré le sens de la phrase. Quand il n'est pas auxiliaire (être, avoir, falloir + infinitif, pouvoir + infinitif, etc.), il nous permet de savoir de quoi ou de qui on parle et nous renseigne sur une action, le résultat d'une action, un état, une pensée.

 

Le chat attrape le petit rongeur. ….....................

 

Il a plu ce matin. …………………….

 

Cette maison me paraît trop petite. …...................

 

Je le sais bien ! ….....................

 

 

 

1 et 2 p. 250 sur lelivrescolaire.fr

 

 

 

 

 

 

 

Il apparaît le plus souvent conjugué (variable en personne) et souligne ainsi le sujet de l'action ; mais il peut prendre une forme impersonnelle : participe présent (exprime une circonstance) ou passé (souligne ce qui subit l'action) et infinitif (forme nominale du verbe).

 

 

 

Dans un tableau, nous comparerons les verbes d'un texte selon les critères les plus courants (sens, groupe, construction, voix). Nous relèverons tous les verbes, conjugués ou non, à condition qu'ils ne jouent pas un rôle d'auxiliaire.

 

 

 

Les grandes foires médiévales (article de l'encyclopédie Larousse en ligne)

 

Si elles existent déjà dans l'Antiquité (Delphes, Délos), les foires ont été le fait de l'Europe médiévale ; en France, la foire de Saint-Denis est la plus ancienne connue (629). Leur véritable essor correspond de fait au renouveau commercial de l'Europe médiévale, où elles deviennent l'organe essentiel de la vie économique internationale.

 

Des centres européens de transactions commerciales

 

Permettant de lever des taxes indirectes sur les transactions commerciales, les foires médiévales sont favorisées par les seigneurs féodaux et par les rois, qui accordent des privilèges à leurs participants (garantie contre le droit d'aubaine ou les saisies pour dettes, autorisation du prêt à intérêt). Elles sont aussi des Bourses de valeur acceptant lettres de change et paiements à terme, dont il faut garantir la sécurité des affaires.

 

Les foires médiévales se développent dans les villes situées le long des grands courants commerciaux, au carrefour des routes menant de l'Italie aux Pays-Bas, et des villes de la Hanse à l'Île-de-France.

 

Les foires de Champagne sont les plus importantes aux XIIe et XIIIe s. Proches de la Méditerranée, les foires du Languedoc (Nîmes, Carcassonne, Saint-Gilles) voient croître leur importance à la faveur de la renaissance du commerce, au XIIe s., et du recul de l'islam en Europe. À partir du XIIIe s. se développe la foire de Beaucaire qui, en raison de sa situation dans la vallée du Rhône, a une importance comparable à celle de Lyon. Instituées en 1420, les foires de Lyon font de cette ville, carrefour international, la première place pour la banque. À part les foires de Saint-Denis et du Lendit, plus anciennes, les foires parisiennes sont liées au développement de la dynastie capétienne.

 

Les principales foires européennes sont celles de Bruges, Anvers, Ypres, Messines et Torhout aux Pays-Bas ; Stourbridge (près de Canterbury) en Angleterre ; Cologne, Francfort-sur-le-Main, Nuremberg, Leipzig en Allemagne ; Milan, Venise ou Plaisance en Italie.

 

Le cas particulier des foires de Champagne

 

Au XIIe s., les comtes de Champagne ont organisé un cycle annuel de foires, dont les principales se situent à Troyes, Provins, Bar-sur-Aube et Lagny. Dans cette zone de carrefour, les marchands flamands et italiens se rencontrent pour échanger les draps de Flandre contre les produits méditerranéens et les épices importées d'Orient. Les comtes de Champagne protègent les marchands à l'aller et au retour par des « conduits de foire » (sorte de passeports spéciaux) ; ils nomment des fonctionnaires pour assurer la régularité des transactions ; ils permettent à chaque groupe de marchands d'élire des consuls qui défendent leurs intérêts.

 

 

 

 

État (attributif)

Action, résultat d'une action

Pensée

Grpe régulier (1 ou 2)

Irrégulier

(grpe 3)

Constr. attributive (vb d'état)

Transitif direct (COD)

Transitif indirect (COI)

Intransitif

Voix active

Voix passive

Voix pronominale

existent

 

 

 

 

 

 

 

 

ont été

 

 

 

 

 

 

 

 

correspond

 

 

 

 

 

 

 

 

deviennent

 

 

 

 

 

 

 

 

permettant

 

 

 

 

 

 

 

 

lever

 

 

 

 

 

 

 

 

sont favorisées

 

 

 

 

 

 

 

 

accordent

 

 

 

 

 

 

 

 

se développe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance 4 – Les principes de l’accord sujet-verbe (1 à 3 p. 251)

 

 

 

  1. Correction en classe des exercices.

  2. Leçon :

  3. Vérification des comptes lelivrescolaire.

 

 

 

 

 

 

 

Séance 5 – Contrôle de connaissances

 

 

 

A. Cours

 

 

 

1. Quelles sont les trois familles de fonctions grammaticales en français ? /3 : verbales / nominales / compléments de phrase

 

2. Deux natures grammaticales peuvent-elles remplir une même fonction ? /2 : oui

 

3. Quel mot est le plus important dans une phrase ? /1 : Le verbe

 

 

 

B. Analyse de verbes

 

 

 

Lis le texte qui suit ; analyse les verbes du tableau ci-dessous.

 

Figure emblématique du XVIIIème siècle, Voltaire a soixante-quatre ans lorsqu’il écrit Candide en 1758. Il est déjà connu dans toute l’Europe depuis près d’un demi-siècle -c’est en 1718, avec sa tragédie Œdipe, qu’il a rencontré son premier succès-, et admiré aussi bien pour son esprit corrosif que pour son militantisme actif. Mais il traverse alors une période sombre de son existence : il est marqué par l’actualité tragique (un séisme vient de se produire à Lisbonne, en 1755 ; la guerre de Sept Ans fait rage) et, comme tous les philosophes, il est menacé par les dévots, qui s’acharnent contre l’Encyclopédie. En outre, Voltaire est encore très attristé par la mort de son ancienne maîtresse, Émilie du Châtelet, qui a perdu la vie en 1749.

 

 

 

 

État (attributif)

Action, résultat d'une action

Pensée

Grpe régulier (1 ou 2)

Irrégulier

(grpe 3)

Constr. attributive (vb d'état)

Transitif direct (COD)

Transitif indirect (COI)

Intransitif

Voix active

Voix passive

Voix prono-minale

a

 

 

 

 

 

 

 

 

écrit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a rencontré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a perdu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

traverse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

est attristé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

se produire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fait

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

s'acharnent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séances 6 & 7- L'article

 

 

 

Leçon de la grammaire en ligne (leçon n°1).

 

Exercices des pages 235-237.

 

 

 

 

 

Séance 8 – Du verbe à l’adverbe, en passant par le nom et l’adjectif !

 

 

 

Lecture de la fiche « Le lexique des sentiments et des émotions » (p. 220). Travail sur la dérivation (on prend le radical d’un verbe, puis on crée des mots de classes grammaticales différentes).

 

Consigne : à partir des verbes (colonne de gauche), trouve le nom, l’adjectif et l’adverbe correspondant à la même idée.

 

 

Verbe

Nom

Adjectif qualificatif

Adverbe

 

 

 

 

JOIE

se satisfaire de

satisfaction

satisfait(e) / satisfaisant(e)

-

sourire, rire

sourire

souriant(e)

-

Prendre plaisir à

plaisir

plaisant(e)

plaisamment

s'enthousiasmer pour

enthousiasme

Enthousiaste/ enthousiasmant(e)

-

rayonner

rayonnement

rayonnant(e)

-

s'illuminer de joie

illumination

lumineux(se) /joyeux(se)

joyeusement

 

 

TRISTESSE

regretter

regret

regrettable

-

Déplorer, pleurer

pleurs

déplorable

déplorablement

souffrir

souffrance

souffrant(e)

-

se lamenter

lamentations

lamentable

lamentablement

être abattu(e)

abattement

-

-

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTION

 

 

 

 

 

 

 

 

apprécier

appréciation

appréciable

-

S'attacher à

attachement

attachant(e)

-

aimer

amour

amoureux(se) / aimant(e) / aimable

Amoureusement / aimablement

S'éprendre de

-

épris(e)

-

adorer

adoration

adorable

adorablement

Raffoler de

folie

Fou (folle) de

follement

brûler

brûlure

brûlant

-

passionner

passion

Passionné (e)\ passionnant(e)

passionnément

Chérir

chéri(e)/charité

Cher/chère/chéri(e)

Chèrement

vénérer

vénération

Vénéré /vénérable

vénérablement

 

 

 

 

 

 

 

 

COLERE

S'énerver

énervement

Énervé/énervant

-

S'emporter

emportement

emporté(e)

-

Se fâcher

Fâcheux(se)

Fâcherie

Fâché(e) Fâcheux(se)

Fâcheusement

S'indigner de

Indignation

indignité

indigné(e) - indigne

Indignement

Être scandalisé(e) par

scandale

scandaleux(se)

scandaleusement

Être excédé par

Excès

excessif(ive)

excessivement

Irriter

irritation

irrité(e) / irritable / irritant(e)

-

exaspérer

exaspération

exaspéré(e) / exaspérant(e)

-

 

 

 

 

 

1/ Cet élève est exaspérant (colère) ; ses résultats sont scandaleux (colère) !

 

2/ Je ne connais pas le motif de cette fâcherie (colère) entre eux.

 

3/ Je raffole (affection) de cette pâtisserie.

 

4/ Cette mère de famille vénère (affection) de manière excessive (colère) ses enfants.

 

5/ Rodrigue s'est épris (affection) de sa chère (affection) Chimène.

 

6/ Nous apprécions (affection) cette pièce de théâtre, qui est assez enthousiasmante (joie).

 

7/ L'air abattu (tristesse) de ce mendiant suscite notre indignation (colère) de citoyens.

 

8/ Nous déplorons (tristesse) le spectacle lamentable (tristesse) du paysage après la tempête.

 

9/ Cette fillette se passionne (affection) pour les chiens d'Asie.

 

10/ L'équipe ne donne pas pleinement satisfaction (joie).

 

11/ J'adore (affection) ce tableau plaisant (joie) : la personne représentée semble joyeuse (joie) et enthousiaste (joie) !

 

 

 

 

 

Séance 9 – Les déterminants numéraux cardinaux (LLS, 324)

 

 

 

Comparaison français / latin : inscris sous le numéral latin celui qui y correspond en français.

 

 

 

I unus, una, unum

un, une

X decem

dix

XXI viginti unus, una, unum

vingt-et-un(e)

C centum

cent

 

II duo, duae, duo

deux

XX viginti

vingt

XXII viginti duo, duae, duo

vingt-deux

CC ducenti, ae, a

deux-cents

III tres, tres, tria

trois

XXX triginta

trente

XXIII viginti tres, tres, tria

vingt-trois

CCC tricenti, ae, a

trois-cents

IV quattuor

quatre

XL quadraginta

quarante

XXIV viginti quattuor

vingt-quatre

CD quadricenti, ae, a

quatre-cents

V quinque

cinq

L quinquaginta

cinquante

XXV viginti quinque

vingt-cinq

D quincenti, ae, a

cinq-cents

VI sex

six

LX sexaginta

soixante

XXVI viginti sex

vingt-six

DC sescenti, ae, a

six-cents

VII septem

sept

LXX septuaginta

soixante-dix

XXVII viginti septem

vingt-sept

DCC septicenti, ae, a

sept-cents

VIII octo

huit

LXXX octoginta

quatre-vingts

XXVIII duodetriginta

vingt-huit

DCCC octingenti, ae, a

huit-cents

IX novem

neuf

XC nonaginta

quatre-vingt-dix

XXIX undetriginta

vingt-neuf

CM nongenti, ae, a

neuf-cents

 

 

 

Remarque : quels sont les numéraux cardinaux variables en français ? Et en latin ?

 

En latin, les trois premières unités de chaque dizaine, sauf « onze », « douze », « treize », ainsi que les formes multipliées de « cent ».

 

En français, les formes multipliées de « vingt » et « cent », ainsi que la première unité de chaque dizaine (excepté « onze »),mais aussi « millier » , « million », « milliard ».

 

 

 

 

 

 

 

Séance 10 – Mieux comprendre les classes grammaticales grâce à l’étymologie

 

 

 

Leçon et exercices : pp. 325-326.

 

Voici une liste de radicaux grecs (gauche) et latins (droite) :

 

 

 

a-(a- ; négation, privation) aphone duc- (conduire) aqueduc

 

arxai-(archaio- ; ancien) archéologie bib- (boire) biberon

 

auto-(auto- ; soi-même) automatique agr- (le champ) agriculture

 

bi- (bi- ; vie) biologie cast- (lieu fortifié) château

 

graf-(graph- ; écrire) graphique fac- / fic- (faire) facultatif

 

gumn-(gymn ; nu) gymnase fat- (le destin, ce qui est dit) fatalité

 

qalas-(thalass- ; mer) thalassothérapie cad- / cid- (tomber, tuer) trucider

 

qerm-(therm- ; chaleur) thermostat bell- (la guerre) rébellion

 

i(pp -(hipp- ; cheval) hippodrome dom- (maître, maison) domicile

 

log-(log- ; discours, science) logomachie terr- (la terre) terrestre

 

mon-(mon- ; seul) monarchie aqu- (l’eau) aqueduc

 

cen-(xén- ; étranger) xénophobe urb- (la ville) urbain

 

ofq-(opht- ; voir) ophtalmologiste insul- (l’île) insulaire

 

para-(para- ; le long de) parapente salt- (danser, bondir) salto

 

peri- (peri ; autour) périphérique co- / com- / con- (avec) accompagner

 

poie-(poié- ; faire) poésie patr- (le père) patron

 

poli-(poli- ; cité, Etat) police loc- (lieu) local

 

polu- (poly- ; plusieurs) polyphonie col- (cultiver) agricole

 

sof-(soph- ; sagesse) Sofia mult- (nombreux) multiplication

 

fob-(phob- ; crainte) phobie in- (contraire, dans) inverse

 

fon-(phon- ; son, voix) téléphone luc- (la lumière) lucide

 

xron -(chron- ; temps) chronomètre hosp- (l’hôte) hospitalité

 

 

 

 

 

 

 

a) Forme quinze mots comportant au moins un de ces radicaux. Souligne les mots qui comportent deux radicaux présents dans ce document.

 

 

 

1ère série de mots

biographie

biologiquement

biographique

amphibien

biodiversité

2ème série

 

multicolore

multifonction

moult

multiforme

multitude

3ème série

 

aquarelle

aquarium

aquagym

Aix

aquatique

 

 

 

 

 

b) Trouve les mots correspondant aux définitions données ci-dessous.

 

  • Crainte excessive : phobie

  • Nom de celui qui rédige et raconte la vie d’un homme illustre : biographe

  • Augmentation importante en nombre : multiplication

  • Activité permettant d’assouplir et de fortifier le corps : gymnastique

  • Dent pointue entre les molaires et les incisives : canine

  • Retirer de terre ce qui y était enfoui : déterrer

  • Qui habite une île : insulaire

  • Aisé à faire : facile

 

 

 

c) L’univers des langues anciennes, souvent légendaire, a créé en français des expressions célèbres : consulte les Petites Histoires des expressions de la mythologie et explique pourquoi nous entendons parfois parler de...

 

*pomme de discorde : Marie et Marine

 

*cheval de Troie (dans le domaine informatique) : Timéo

 

*vie à la Spartiate : Malo

 

*travail d'Hercule : Edgar

 

*talon d'Achille : Amy

 

*sortir de la cuisse de Jupiter : Tess et Lilyana

 

*ouvrir la boîte de Pandore : Jodie

 

*un travail de Titan : Zoé

 

*toucher le pactole : Kelvyn

 

*dans les bras de Morphée : Tom

 

*riche comme Crésus : Mélissa

 

 

 

 

 

 

 

Séance 12 - À la recherche du sens : les expressions tirées de l'Antiquité

 

 

 

L’univers des langues anciennes, souvent légendaire, a créé en français des expressions célèbres. Consulte les Petites Histoires des expressions de la mythologie et explique pourquoi nous entendons parfois de :

 


 

*pomme de discorde : sujet d'une dispute. Cette expression provient de la mythologie grecque. La déesse de la Discorde, n'ayant pas été invitée au repas de noces de Pélée et Thétis, jeta une pomme d'or que se disputèrent Héra, Aphrodite et Athéna.

 

*cheval de Troie : c'est une méthode pratiquée pour attaquer de manière rusée et dissimulée. Méthode inventée par Ulysse pour venir à bout de la ville de Troie.

 

*vie à la Spartiate : vivre de manière austère. Les Spartiates étaient un peuple grec qui imposait aux jeunes hommes un long service militaire.

 

*travail de titan : travail énorme. Les Titans étaient les divinités maîtresses avant les Olympiens. Malgré leur puissance, ils perdirent la guerre et furent condamnés à d'horribles supplices, comme celui d'Atlas.

 

*talon d'Achille : un point faible. Thétis, la mère d'Achille, plonge celui-ci dans l'eau du Styx, afin de rendre le nouveau-né invulnérable. Mais le talon ne rencontra pas l'eau...

 

*sortir de la cuisse de Jupiter : on parle de quelqu'un qui se juge supérieur aux autres. Zeus rendit enceinte une mortelle, Sémélé. Celle-ci voulut le voir « dans toute sa splendeur » : elle mourut foudroyée, mais Zeus garda l'enfant, Dionysos, qui naquit en sortant de sa cuisse.

 

*un travail d'Hercule : est énorme et pratiquement impossible. Hercule a tué ses enfants à cause d'Héra qui l'a rendu fou. Il a accompli douze travaux impossibles pour se faire pardonner.

 

*toucher le pactole : toucher une grosse somme d'argent. Le roi Midas, peiné à l'idée de tout transformer en or, put se débarrasser de ce sort en se lavant les mains dans le fleuve Pactole.

 

*dans les bras de Morphée : s'endormir profondément. Morphée, dieu des rêves, et le fils de Hypnos, dieu du sommeil.

 

*riche comme Crésus : être extrêmement riche. Dernier roi de Lydie, dont la richesse était proverbiale.

 

*ouvrir la boîte de Pandore : s'exposer imprudemment à un grave danger. Femme de Prométhée, titan créateur de l'humanité, voleur pour elle du feu. Zeus demande à Héphaïstos de créer cette femme pour le punir. La jarre de Pandore renfermait tous les maux humains. Par curiosité elle l'ouvrit...

 

 

 

 

 

 

 

Séance 13 – Fiche personnelle sur les classes grammaticales (pp. 231-249), à terminer

 

 

 

Comment reconnaître... 

 

 

 

*un verbe ?

 

-c'est lui qui concentre l'action principale > Tous les ans, ils se revoyaient.

 

-le retirer ôte tout sens à la phrase > Le chaton *[boit] du lait.

 

 

 

*un nom commun ?

 

-on peut mettre un article devant > (La) pierre qui roule n'amasse pas (la) mousse.

 

 

 

*un groupe nominal ?

 

- il faut au minimum un déterminant et un nom > Dans le livre il est écrit «Table».

 

 

 

*un groupe prépositionnel ?

 

- il commence par une préposition (« à », « dans », « par », …) > Elle a agi ainsi pour son père / pour lui / pour rire.

 

 

 

*un déterminant ?

 

- il précède toujours un nom > Le livre de la jungle est un beau livre.

 

 

 

*un pronom ?

 

- il représente une réalité pouvant être exprimée par un nom > J'ai vu tes chaussures / Je les ai vues / J'ai vu celles-ci / J'ai vu les tiennes / J'ai vu les deux./ Qu'y a-t-il ?

 

 

 

*un adjectif ?

 

-on peut mettre devant « il est » ou « très », sauf pour les adj. modalisateurs ou relationnels > La route, longue et sinueuse, me fatiguait. / *C'est un très véritable idiot. / *L'Assemblée est Nationale.

 

 

 

*un adverbe ?

 

-mot invariable qui modifie soit verbe, soit un adj., soit un adverbe. On peut le supprimer sans rien changer au sens, sauf dans le cas du modalisateur, du mot-phrase, ou de l'adv. de liaison > Il est vraiment idiot. / Malheureusement, je ne pourrai pas venir. / -Viens-tu avant 17h ? -Certainement. / Il est volontaire ; il a cependant échoué.

 

 

 

*une conjonction de coordination ?

 

- « Mais ou et donc or ni car » permettent de relier des éléments de même nature pour souligner un rapport logique > *J'aime l'araignée et l'ortie. / *Elle n'a ni mangé ni bu.

 

 

 

*une conjonction de subordination ?

 

-« Que » et la centaine de conjonctions de subordination introduisent un rapport de dépendance entre une PP et une PS > Je pense que tu le sais.

 

La PP contient l'essentiel du sens : elle pourrait être la phrase à elle seule.

 

 

 

*l'absence de mot / de terminaison ?

 

-Il existe des lettres qui ne notent aucun mot, ou aucune terminaison : le -t- euphonique dans « parle-t-il » ou ; le -s- euphonique dans « vas-y » ou « profites-en ». Remarque : on ne dit pas « *donne mois-en », mais « donne-m’en »).